Perdre du poids avec le ballon gastrique

Ballon gastrique

Pour perdre du poids, certaines personnes n’hésitent pas à suivre des régimes drastiques qui peuvent avoir un effet secondaire sur la santé sur le moyen et long terme. Il existe actuellement de nombreuses méthodes moins risquées visant à aider les individus à maigrir. Avez-vous déjà entendu parler du ballon gastrique ?

Ballon gastrique : qu’est-ce que c’est au juste ?

Le ballon gastrique est une sorte de ballon en silicone qu’il faut placer dans l’estomac dans le but d’augmenter la sensation de satiété et ralentir le transit des aliments. Le recours à cette intervention ne nécessite aucun acte chirurgical. Il s’agit de nos jours d’une solution temporaire de plus en plus courante pour perdre du poids. En effet, selon le type de ballon, il est possible de le garder pendant 3 à 12 mois.

On distingue deux types de ballon. D’un côté, on retrouve le ballon en polyuréthane que l’on peut garder jusqu’à 6 mois. Ce modèle est conseillé aux individus ayant un IMC entre 25 et 27 ou 30 et 35. D’un autre côté, il y a le ballon en silicone souple qu’il est possible de conserver jusqu’à 1 an. Celui-ci est suggéré aux personnes affichant un IMC entre 30 et 35.

Pour une efficacité optimale, le régime alimentaire est souvent réévalué. Ainsi, le traitement peut s’accompagner d’un changement de mode vie. En plus de cela, la pratique d’une activité physique est indispensable. Dans certains cas, l’individu peut avoir besoin d’un soutien psychologique afin de l’aider à conserver les bonnes habitudes, même après avoir retiré le ballon gastrique.

À qui s’adresse le ballon gastrique ?

Le ballon gastrique est recommandé aux personnes ayant des problèmes de surpoids ou d’obésité et souhaitant perdre quelques kilos. L’IMC ne doit cependant pas être supérieur à 35, sinon il est préférable de recourir à une chirurgie esthétique. Cette pratique est toutefois contre-indiquée en cas de lésions gastriques, troubles psychiatriques, grossesse, troubles de l’hémostase ou problème hépatique sévère. Le ballon gastrique ne convient pas non plus aux mineurs, aux alcooliques et aux toxicomanes.

En cas de prise d’anti-inflammatoires ou d’anticoagulants, il faut également patienter plusieurs mois avant de procéder à la pose d’un ballon gastrique. En cas de doute, il convient de demander l’avis d’un spécialiste de santé. En général, il réalise un examen (IMC, conditions de santé, pression artérielle…) pour déterminer si un patient est éligible ou non au ballon gastrique. En tout cas, cette méthode est très efficace dans le cadre d’un projet d’amaigrissement. L’individu peut en effet perdre jusqu’à 20 kg selon les circonstances. Un suivi diététique régulier est cependant nécessaire pour maintenir le poids obtenu et éviter l’effet yoyo pendant une longue période.

Comment se déroule la pose d’un ballon gastrique ?

Le ballon gastrique permet d’éviter une chirurgie invasive. C’est d’ailleurs l’une des principales raisons qui poussent les patients à se tourner vers cette solution. L’intervention est aussi moins onéreuse qu’une chirurgie, même si elle n’est pas remboursée par la Sécurité sociale.

L’acte se déroule en bloc opératoire pendant une quinzaine de minutes. Si vous optez pour le ballon en polyuréthane, l’utilisation d’une anesthésie n’est pas nécessaire. Il suffit d’avaler la petite capsule qui est reliée à un cathéter. Une fois qu’elle est profondément installée dans l’estomac, le médecin le remplit d’eau salée stérile. Le ballon est ensuite éliminé par les selles après 4 à 6 mois. Dans le cas d’un ballon en silicone souple, l’insertion et la dépose sont réalisées sous anesthésie générale via un tube endoscopique. Il faut prévoir en général 30 minutes pour l’intervention.

Attention ! Lorsque le ballon est retiré, l’estomac reprend sa forme normale. Le patient peut donc manger des proportions plus importantes. Pour que l’effet perdure, il faut continuer les bonnes habitudes qui prennent en compte la nutrition, le mental et l’activité physique.

Réduction mammaire : trouver un chirurgien spécialisé à Lyon
Chirurgie esthétique à Grenoble : quelle clinique choisir ?